Jean-Claude Tanguy

Au sujet des exposés de Creac'h-Euzen

J'ai lu avec beaucoup d’intérêt votre ouvrage. Cela m'a rappelé l'état social et économique du dix neuvième siècle à Quimper et ses environs.
Ce qui m'a le plus marqué, c'est le dévouement extraordinaire et inlassable des sœurs à l'égard des touts petits et les variations de l'attitude des autorités publiques (locales ou nationales) à leur encontre tantôt réticentes tantôt favorables, mêlant à la fois des raisons d'ordre pécuniaire ou moral.
Quant aux familles d’accueil, c'était une loterie (aujourd'hui il en va d'ailleurs de même).
Vous avez dû brasser une sacrée masse d'archives.

Serge Hétérier et Pascale Jolif

Au sujet des exposés de Creac'h-Euzen

Merci à Pierrick Chuto pour son livre sur les exposés de Créac'h-Euzen.

Nous l'avons lu dans un premier temps car il faisait écho à notre histoire familiale, mais il nous a embarqués au-delà, au-delà de ces enfants, à la vie misérable de leurs parents, à leurs veuvages, remariages, à leur condition de vie qui rendait difficile toute humanité, à cette histoire des gens de peu.

Mais ce livre se lit aussi comme un roman. Nous nous attachons au destin d'Elisabeth, d'Alphonse-Marie et de bien d'autres comme nous nous sommes attachés au destin de Cosette et de Fantine.

Merci Encore

Serge Hétérier et Pascale Jolif

Jeannine Dumage

Au sujet des exposés de Creac'h-Euzen

C'est avec beaucoup d'émotion que j'ai lu votre livre.
Que d'heures passées par vous même, votre famille et vos amis vous ayant soutenu dans votre  démarche afin de faire connaître la vérité sur ces enfants exposés.
Hélas, des faits identiques se répétaient dans toute la France, mon mari ayant un  cousin né à Bordeaux, abandonné, placé en Dordogne qui a présenté des signes de démence, qui a disparu et malgré bien des recherches avec ses descendants, nous ignorons son lieu de décès.
Pour en venir au dévouement des religieuses et de certains inspecteurs, il serait normal qu'il y ait à l'hôpital une plaque commémorative pour ses personnes ou bien que certaines rues de Quimper portent leur nom.
Ce serait aussi formidable qu'un jour, les descendants de ces enfants exposés puissent se retrouver, un sacré pied de nez à l'histoire.
La vie est là et gardons l'espoir d'un monde meilleur puisque de nos jours dans le monde entier des enfants souffrent encore du même calvaire!
Un chaleureux  merci

 

Jean Magnier

Au sujet des exposés de Creac'h-Euzen

Je viens vous dire tout le plaisir et l'intérêt trouvés à la lecture de votre ouvrage.

Tant le sujet que la qualité de son approche m'ont particulièrement séduit. Quel beau travail ! Bravo !

Je vous souhaite un plein succès.

 

Catherine jacquart

Au sujet des exposés de Creac'h-Euzen

Je me suis replongée dans la lecture du nouveau « Les enfants trouvés de l’hospice de Quimper au 19ème siècle » toujours aussi passionnant, émouvant et agrémenté de nouvelles photos et compléments d’informations.

En espérant que vous trouverez encore d’autres nouvelles à nous faire partager sur l’histoire de nos ancêtres en Cornouaille

 


Association de Saint Alouarn Copyright © 2013. Tous droits réservés.

connexion