Lydia Lamendé

Au sujet de "Du reuz en Bigoudénie"

 

C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai lu votre livre et  je le relis une seconde fois actuellement.

Je l'emporterai avec moi lors de mon prochain séjour à Lesconil pour visualiser les différents lieux.

Yves Quinton

Au sujet de "Du reuz en Bigoudénie"

 

J'ai bien sur retrouvé, grâce à votre aisance de conteur, le climat de cette période autour de 1905 que j'avais découvert par le détail dans les ouvrages précédents. Que de souvenirs transmis par mes grands parents et mes parents ont été ravivés par l'évocation de ces fortes et grandes personnalités religieuses qui ont animé et imprégné nos campagnes avec un zèle qui semble parfois avoir disparu ...
Sans oublier le respect souvent constaté, après 14-18 et 39-45, entre des frères d'armes d'opinions opposées.
Un beau passage consacré à Jean-Marie Le Quéau (Père Yvon), fils d'un maire de Guengat, encore une forte personnalité dont j'ai lu, avec admiration la fiche militaire, et avec lequel j'ai quelques liens de parenté.

Bref, j'ai lu avec plaisir ces pages agréables à lire, nourries de détails de la vie courante, qui m'ont aussi fait penser à Clochemerle et à Don Camillo !
Merci pour tout cela.

 

Loïc Nuter

Au sujet de "Du reuz en Bigoudénie"

 

J'ai beaucoup apprécié votre dernier livre racontant les divers conflits en Bigoudénie " Paysans contre Marins", en pleine séparation de l'Etat et de l'Eglise.

Cela me rappelle mes recherches de généalogie, on s'imagine comment c'était avant et on se met à la place de nos ascendants.

De plus ma famille habitait non loin de là, ils ont dû vivre ce bazar qui était à côté de chez eux.

Cette histoire très ludique,  m'a permis  de m'enrichir davantage sur l'histoire du peuple Breton.

Guillaume Edibe

Au sujet de "Du reuz en Bigoudénie"

 
Je viens de lire d'une traite "Du Reuz en Bigoudénie"
Passionnant .
J'irai faire un pèlerinage à Plobannalec pour voir le vitrail de l'église et le monument aux morts, puis à Lesconil pour la tombe de l'Abbé  Le Mel, mais hélas, sans pouvoir entendre la joute oratoire du père Yvon et de Le Flanchec 
Faut-il vous souhaiter de découvrir une nouvelle pépite comme le carnet du Recteur Jéségou  pour un nouveau livre ? Je  n'en suis pas sûr à cause du  travail considérable que cela représenterait.


Jean-Louis Godet

Au sujet de "Du reuz en Bigoudénie"

 

J'ai beaucoup aimé votre"du Reuz en Bigoudénie". Quelle époque et surtout de quelle façon vigoureuse la commune bicéphale, paysans d'un côté, marins de l'autre, a vécu dans sa chair et son âme ardente le combat déclenché par les lois Combes, et autres,  plus tard. Lointain écho à la guerre que provoqua dans la Vendée, (que les révolutionnaires qui l'ont "infernalement" martyrisèe, baptisèrent "Vendée-vengé"), l'instauration de la constitution civile du clergé.

Votre chronique, qui couvre la IIIème République, montre admirablement ce que cette région de France a eu d'exemplaire; et vous le montrez en donnant les faits, sans idéologie, dans le respect du lecteur.S'en détachent bien sûr des personnages hauts en couleurs comme ce fameux recteur Jézégou, mais aussi l'instituteur-secrétaire de mairie (à l'épouse pittoresque) que j'ai vu moi comme un ordonnateur de basses oeuvres, plutôt qu'un vrai républicain laïc. Et le saint curé de Lesconil !

Et le temps, et la guerre, ont fait leur oeuvre, peu à peu.

Merci Monsieur pour ce livre tonique.


Association de Saint Alouarn Copyright © 2013. Tous droits réservés.

connexion