Christian De la hubaudière, historien et écrivain

Une cicatrice peut donner lieu à bien des interprétations sur ses causes. Celles de l’Histoire sont souvent le résultat de divisions morales, financières, religieuses d’une époque. Si elles sont refermées, elles n’en laissent pas moins des traces et, pour les expliquer, il faut se replacer dans le contexte.

Sans retourner le couteau dans la plaie, Pierrick Chuto s’évertue à présenter les deux camps face à face, les deux causes aussi respectables l’une que l’autre, l’une tenant à un ancien monde qui disparaît, l’autre à un nouvel esprit qui émerge, défendues pied à pied dans ce petit coin de Bretagne, représentatif de tous les autres. À travers ses ancêtres qu’il connaît bien, il retrace avec impartialité la fresque du début du XXe siècle, si proche et en même temps si lointain pour nos mentalités d’aujourd’hui. Il permet ainsi à chacun de se rappeler, de comprendre et de juger avec recul.

 

Dominique Bouchaud
J'ai presque fini la lecture de ce nouvel ouvrage !... Je le savoure à petites doses, contrairement, sans doute, à certain(e)s "voraces" !
Que dire ? Magnifique et tellement bien écrit ou "raconté"...
Franchement, je crois que c'est celui que j'ai préféré.... et j'en redemande !!! 
Y aura-t-il une suite ?
Encore bravo

René Chartier

 

Je viens d'en finir avec ce diable d'Auguste. Sacré grand père que vous aviez là ! J'ai eu plaisir à rencontrer ailleurs que sur les rayons des alimentations ce bon Monsieur Hénaff, moins heureux en politique qu'en charcuterie.

J'ai bien aimé votre livre et vous félicite pour le travail de recherche et la documentation.

Comme lecteur habituel des magazines Internet de Généanet, j'espère y retrouver les articles annoncés.

Bien cordialement

 

Danielle et Christian Ménard

 

Nous avons beaucoup apprécié Auguste, un blanc contre les diables rouges.

Bien amicalement

Jean François Le Gall

 

Vous aviez un grand-père Auguste, bien combatif ! Quelle ardeur !

Nos ancêtres ont du se rencontrer ( du moins coté Le Gall pour moi), car les Le Gall  étaient du même bord que les Chuto, du bord des « réactionnaires ».

Proches des propriétaires, des usiniers de Douarnenez, faisant partie de leurs municipalités. Proche des Hénaff de Pouldreuzic ( une sœur de mon grand père ayant épousé un des fils Hénaff).


Association de Saint Alouarn Copyright © 2013. Tous droits réservés.

connexion